L’incroyable histoire de la variété « Jack o lantern »

Sauf exception, on ne trouve la courge « Jack o lantern » que pour Halloween. Et d’ailleurs, qui voudrait l’acheter le reste de l’année, alors qu’il n’y a presque rien à manger ?

Encore une de ces innovations de la société de consommation me disais-je jusqu’à dernièrement. Or je me trompais du tout au tout. Car cette courge est une variété ancestrale qu’on connaissait autrefois sous un autre nom : la citrouille. Tout ce que nous appelons de nos jours « citrouilles » sont en fait des potirons. La seule vraie citrouille, c’est elle, et elle a une histoire mouvementée.

La courge a été domestiquée en Amérique centrale il y a environ 10 000 ans, soit à peu près à la même époque que le blé (et 2000 ans avant le riz). Les amérindiens l’améliorèrent, chacun de leur coté mais il faut reconnaître que ceux vivant en Amérique du Sud firent un bien meilleur boulot que leurs voisins du nord. Du Sud et de Centre sont issues les variétés gouteuses (potimaron, musquée de Provence, Butternut) alors que du Nord sont issues des variétés certes croquantes voire rigolotes mais il faut le dire, assez insipides:

Lorsqu’ils envahirent le Nouveau Monde, les anglais ne furent pas très impressionnés par les courges locales. Ils ne ramenèrent que la citrouille, pour la donner à manger … aux cochons ! En effet, elle a peu de chair mais beaucoup de graines, riches en protéines et lipides. Et oui, le carrosse de Cendrillon était une humble plante fourragère!

Dans les années 1950, la citrouille est peu à peu remplacée par d’autres oléagineux et sa culture abandonnée. Sa culture, mais pas son nom ! Comme il est très populaire, il est recyclé pour promouvoir les ventes des potirons et autres courges sphériques, au plus grand mépris de la botanique.

Pour Halloween, on voit néanmoins resurgir les citrouilles mais rebaptisée Jack o Lantern ! (chez les courges, c’est la valse des noms) Pas besoin de les évider, elles sont naturellement creuses, il n’y a plus qu’à sculpter!

Comment faire murir à point ses avocats

avocado - copieUn avocat à point, c’est très fragile, ça ne résiste pas au transport ni à nos palpations. Alors maraichers et grande distribution les achètent encore durs. Depuis peu, on les trouve « prêts à consommer », dans des emballages de protection et pour environ 30% plus cher (lors de mon relevé de prix) mais on peut préférer le vrac pour des raisons de cout, de réduction du gaspillage des emballages ou tout simplement parce qu’il n’y a rien d’autre !

J’ai demandé à Anthony Langlais, de l’importateur des fruits et légumes AZ France, de m’expliquer comment s’y prendre pour les amener à maturité. Lire la suite

5 fruits et légumes par jour: ce qui se cache derrière

14041427399_85e53dbd3d_qLes recommandations nutritionnelles du notre plan de santé publique sont-elles de la publicité déguisée ou correspondent-elles à une réalité scientifique ? Pour mémoire, il s’agit de :

  • Au moins 5 fruits et légumes par jour
  • 3 produits laitiers (lait, yaourt, fromage) par jour
  • 1 à 2 portions de viande, œufs et produits de la pêche par jour
  • Des féculents à chaque repas selon l’appétit
  • Limiter les matières grasses ajoutées, le sucre et le sel
  • Eau à volonté
  • Augmenter son activité physique

Commençons par 5 fruits et légumes par jour. Lire la suite

Peut-on avoir confiance dans les légumes importés ?

légumes importés

Au printemps, les premières fraises, puis les premières pèches nous arrivent d’Espagne. (incident technique: j’ai écrit cet article au printemps mais pris la photo en hiver. Il n’y avait plus de fraises) Faut-il résister à la tentation et attendre sagement les fraises bien françaises ? Peut-on consommer la conscience tranquille des légumes importés ? Les médias nous disent que non. Une enquête menée en 2007 par l’Agence Européenne de Veille Sanitaire donne une image beaucoup plus contrastée. Voici les résultats pour la catégorie Fruits et Légumes. Lire la suite