Comparateur d’écogestes: arrêter l’eau en bouteille

expedition-7e-continent-pollution-oceans-plastique - copieLes premières bouteilles plastiques sont apparues au début des années 60. Peut-être n’étiez vous pas né(e). Toute bouteille abandonnée à l’époque dans la nature est toujours là, probablement dans l’océan…

De nos jours, seulement 57% des bouteilles plastiques (1) sont recyclés.

De combien vais-je réduire mon empreinte si je recycle mes bouteilles voire si j’arrête l’eau en bouteille ?

Je recycle mes bouteilles plastiques

L’empreinte carbone des bouteilles plastiques est essentiellement liée à la production des granules de plastiques:

Empreinte carbone d’une bouteille d’eau d’1,5 l (en g eq CO2)
source: Ademe

Bien que les packs d’eau nous semblent très lourds, surtout lorsqu’il faut les sortir du coffre de la voiture, leur transport (en vert) n’est responsable que de 5% des émissions ! C’est moins que les émissions liées à la fabrication du film qui entoure les palettes (en turquoise)!

Donc, quand une marque d’eau de source vous promet qu’en achetant ses bouteilles, vous faites le choix « d’une grande eau de source régionale au plus proche de chez vous avec peu de transport et contribuez à réduire les émissions de gaz carbonique», ils sont d’une parfaite mauvaise foi. Non que ce soit une première dans le monde de la publicité.

Comparateur d’écogeste

Si je bois 1,5 l d’eau en bouteille par jour chaque jour, voici l’efficacité des écogestes  « j’arrête de boire de l’eau en bouteille » et « je recycle mes bouteilles », comparée aux autres déjà étudiées (liste complète ici) :

Conclusion

Arrêter l’eau en bouteille est donc un écogeste très efficace. Recycler ses bouteilles si on ne le faisait pas avant (sans oublier les petites bouteilles de 0,5 l qu’on boit en dehors de chez soi…) est également efficace … à condition que le cours du pétrole ne soit pas trop bas ! Lorsque cela se produit (comme en ce moment), le cours du plastique recyclé n’est plus compétitif et les bouteilles partent à l’incinération…

Vous hésitez encore à arrêter l’eau en bouteille? Lisez mes articles sur
les micro particules dans l’eau
les résidus de médicaments dans l’eau

Ne ratez pas les prochains écogestes! Abonnez vous à la Newsletter (en haut à droite)

Source

(1) Ademe – Tableau de bord des déchets d’emballages ménagers, données 2017

Détox, anti-oxydant, brule graisse: que dit la science sur le thé vert?

Le thé vert est plus cher que le thé noir mais il serait bien meilleur pour la santé.
La liste de ses vertus est longue parmi lesquelles :
– il protège du cancer grâce à ses anti-oxydants
– il protège notre foie grâce à son effet détox
– il nous fait maigrir.

Que disent les scientifiques?

Effet anti-cancer

Le thé vert contient effectivement beaucoup d’anti-oxydants, et particulièrement de l’épigallocatechine-3-gallate ou EGCG. Cette molécule ayant montré des effets anti-cancérigènes in-vitro, il n’en fallait pas plus pour que les services marketing s’enthousiasment.

Malheureusement, le corps humain est substantiellement plus complexe qu’une boite de Petri. Le thé n’y est pas versé directement sur les cellules, comme dans les expériences in-vitro. Il progresse laborieusement à travers notre corps, bombardé de divers sucs corrosifs, obligé de se faufiler à travers la parois intestinale, pour finalement atteindre (ou pas) les cellules.

Après des décennies d’études scientifiques, aucun lien n’a encore trouvé entre boire du thé vert et réduire notre risque d’attraper le cancer. En conséquence, l’EFSA (agence européenne de santé) n’autorise aucune allégation santé pour le thé vert et encore moins pour les compléments alimentaires qui en contiennent. Ces derniers se sont avérés toxiques pour le foie à forte dose (plus de 800 mg/jour).

Par ailleurs, boire du thé trop chaud (plus de 65°C) augmente le risque de cancer de l’œsophage! [1]

Effet Détox

Les thés « détox » contiennent soit du thé vert, soit d’autres thés peu consommés en occident comme les thés Oolong et Pu-er, généralement assaisonnés d’autres plantes et sèves, selon la fantaisie du fabricant. Ces thés ont des goûts très différents du thé vert, en particulier les thés Pu-Er (dont le Tuo Cha), qui ont un étrange goût de champignon. Peut-être écrirai-je bientôt un article sur ce type de thé, considérés par les chinois comme une plante médicinale, mais ne nous dispersons pas, revenons au thé vert.
En 2010, l’EFSA a réfuté toutes les allégations santé de type détox qu’on lui avait soumises, que ce soit pour le thé vert ou pour un quelconque autre aliment [2]. Aucune étude scientifique ne montre qu’il est utile, voire possible, de se nettoyer le foie. Il y a tellement d’articles sur internet à ce sujet que je vous laisse faire les recherches. Si vous trouvez un article prouvant, étude scientifique à l’appui, que le Détox est utile, envoyez-moi le lien. J’ai cherché en vain.

Effet minceur

Il viendrait de l’EGCG (toujours elle) et de la théine. La théine étant l’autre nom de la caféine, on se demande pourquoi le café n’est pas réputé pour ses effets amincissants …

Bon, je vous la fait courte, l’Efsa a également refusé au thé vert l’allégation « contribue à bruler la graisse »[3].
Si des effets bénéfiques ont été prouvés depuis, ils seront mentionnés sur la boite dans des formulations certes peu festives mais scientifiquement démontrables du style « L’acide alpha-linoléique (ALA) contribue au maintien d’une cholestérolémie normale ». Ignorez toute formulation vague du style « Depuis des temps immémoriaux, on connaît bien l’effet amincissant du xxx. »

Conclusion

Les études scientifiques n’ont validé aucunes des allégations santé du thé vert. Par contre, vous pouvez en boire pour le plaisir et c’est important aussi !

Sources


[1] dépliant Décryter & Comprendre : Thé vert et cancer – Nacre (réseau National Cancer Alimentation REcherche) – 2019

[2] Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to various food(s)/food constituent(s) claiming biotransformation of xenobiotic substances, “elimination”, “cleansing” and “purification”, elimination of heavy metals  and maintenance of normal bowel function – EFSA – 2010

[3] avis EFSA Q-2012-00590

Enquêtes pâtissières : les gâteaux au chocolat

Il est peu de recettes dans lesquelles on note des dérapages aussi incontrôlés que celles des gâteaux au chocolat. Certaines sont carrément immangeables. Et certaines sont bonnes mais de véritables cauchemars nutritionnels.

Imaginons que j’aie envie d’un gâteau au chocolat. Quelle recette choisir pour me faire plaisir sans trop sacrifier à la nutrition? Commençons par le commencement:

Quels sont les principaux gâteaux au chocolat ?

Continuer la lecture

Enquête pâtissière: Quel fromage pour mon cheese cake?

cafe-au-lait-cheesecake-1163-ssLe cheesecake et ses ancêtres européens sont des gâteaux au fromage non affiné, mais la texture et l’acidité de ce fromage varie d’un pays à l’autre. Ainsi, selon les recettes, on vous recommande d’utiliser du fromage blanc à 40%, de la ricotta, du Philadelphia et j’en passe.

Lequel donne le meilleur résultat? (recettes en fin d’article) Continuer la lecture

Enquêtes pâtissières: les cakes et muffins

Recette à la fin!

Bon, vite fait, inratable, le cake est le meilleur ami du pâtissier amateur. Il en existe des milliers de variantes qui se différentient par un ingrédient star (carotte, graine de pavot, pépite de chocolat etc.) mais aussi par des quantités de beurre et de sucre qui peuvent ne pas correspondre à nos préférences.

Pour éviter les mauvaises surprises, je vous propose de toutes les ramener à une recette de cake qui vous convient, et ne retenir que les quantités pour l’ingrédient star. Ainsi si vous cherchez une recette de carrot cake :

Continuer la lecture

Enquêtes pâtissières: la crème au citron (et la tarte qui va avec)

.

Après avoir expérimenté les pâtes à tartes (article précédent), je décidais de tester la tarte la plus simple du livre, la tarte au citron, que je pratique depuis mon plus jeune âge.

Et là, nouvelle surprise: les pâtissiers font leurs tartes très différemment de nous, humbles amateurs.

Continuer la lecture

Quelle est l’empreinte CO2 de mon logement ?

Vous allez voir c’est très facile et il y a de grandes chances que vous ayez une bonne surprise.

D’après le Ministère de la Transition Ecologique, le logement du Français Moyen (construction, électricité, chauffage, cuisson …) émet 2,6 t de CO2 par an (évaluation pour 2014, la dernière disponible…). Et le mien?

Continuer la lecture