Comparateur d’écogeste: Acheter local

Ces derniers temps, « acheter local » semble la réponse à tous les maux. Est-ce un éco-geste efficace?

Tout d’abord, précisons que local  ne veut pas dire français, local veut dire produit à moins de 250 km de notre domicile, voire moins de 150 km pour les locavores particulièrement zélés. Le concept original, lancé en 2005, était    « dans un rayon de 100 miles autour de San Francisco » soit 160 km à vol d’oiseau. Bon, j’ai été sympa, j’ai arrondi à 200 km.

Première remarque: pas de poisson pour les lyonnais! Et pour les parisiens, pas de fromages à pate pressée cuite (type Emmental, Conté), ce sont des fromages de montagne. Quand à nos amis réunionnais, 80% de la surface agricole de l’ile étant consacrée à la canne à sucre, acheter local ne va pas être le festival qu’on pourrait s’imaginer depuis la métropole… Et oui, on veut sauver la planète ou on ne veut pas.

Mais sommes-nous bien sûrs que ces sacrifices sont utiles?

Acheter en direct du producteur?

« Manger local » est souvent interprété comme « acheter en direct au producteur ». Si j’achète en direct plutôt qu’au supermarché, quel sera l’impact sur le climat?

Un jour, je reçu un mail d’un groupement d’achat auquel j’appartenais alors, me proposant d’acheter des abricots d’un département voisin.
J’en commandais 5 kilos, les abricots ne se conservant pas très longtemps. Le producteur fit 100 km aller-retour en camionnette pour livrer 100 kg d’abricots à notre petit groupe d’amis et je fis 20 km aller-retour pour aller les chercher. En matière de distance, nous avons donc été plus que raisonnable.
D’après la base de données FoodGES de l’Ademe, le bilan carbone du kilo d’abricot est de 1,88 kg eq CO2/ kg de produit (1).

Comparons ce bilan a celui d’un consommateur planéticide, qui achète des abricots espagnols au supermarché ……. (suspense) …….

empreinte carbone groupements d'achat


0,5 kg de CO2.

C’est 4 fois moins !!!!

100 km d’un coté, 1300 km de l’autre, et vous allez me dire qu’on dépense moins de carburant?

Et bien la réponse est oui pour deux raisons:
.
.

empreinte carbone groupement d'achats 2

– la première est que le petit camion transporte 100 kg d’abricots avec retour à vide contre 40 tonnes pour le gros et il transporte une autre cargaison au retour.

– la deuxième est que j’ai fait un trajet spécifique.

Cet exemple n’a rien d’extrême: le petit producteur n’avait fait que 50 km aller simple alors qu’il peut en faire jusqu’à 200 tout en restant « local ». Et je n’avais fait que 10 km.

Vendre en direct permet au producteur d’augmenter sa marge et les produits sont généralement de meilleure qualité que dans la grande distribution. En effet, les fruits et légumes espagnols destinés à l’exportation sont de variétés sélectionnées pour le rendement et la résistance au transport. « Acheter en direct » est donc un geste social, un geste plaisir, mais pas un éco-geste.

Acheter français?

Pour être efficace contre le réchauffement climatique, « acheter local » doit-il être interprété comme « acheter français » ?
Et devons-nous arrêter de manger des bananes, des ananas, des mangues?

empreinte carbone fruits importés

Pour ce qui est des fruits et légumes espagnols, la différence est minime. Certes leur bilan carbone est deux fois plus élevé que leur équivalent français mais quand on pense que la production d’un kilo de boeuf émet 36 kilos de GES, les 200g de différence semblent dérisoire.

Pour les fruits exotiques, tout dépend du mode de transport. La plupart des fruits exotiques qu’on trouve en Europe (bananes, avocats, mangues, kiwi, litchi etc.) sont climatériques, c’est à dire qu’ils continuent à murir après avoir été récoltés. On peut donc les cueillir pas tout à fait mûrs et les expédier par bateau, ils muriront dans les cales.

Tout change si le fruit a été importé par avion, comme dans le cas de l’ananas et des mangues. En effet, l’ananas n’est pas climatérique: dès qu’on le cueille, il commence à perdre de sa saveur. Coupé pas tout à fait mûr et expédié par bateau, il est beaucoup moins bon que celui expédié par avion. La différence n’est pas aussi nette pour les mangues, qui sont légèrement acides si importées par bateau. Elles sont aussi bonnes, tout dépend si on aime l’acidité. C’est question de préférence personnelle.
Dans le cas de fruits importés par avion , les émissions de GES sont massives:

empreinte carbone des fruits importés par avion

Conclusion

« Acheter local » n’est pas un éco-geste efficace car inutilement contraignant.
D’un point de vue environnemental, on peut acheter tout fruit ou légume français voire européen et même des fruits exotiques importés par bateau.
Par contre éviter:

les fruits et légumes importés par avion
.
.

les achats en direct si vous devez faire un trajet spécifique
.

.




Notes
(1) Calcul des emissions de GES pour les abricots achetés en direct
Production des abricots: 0,3 kg eq CO2/ kg de produit
Transport de 100 kg d’abricots sur 50 km, en camionnette, avec retour à vide : 0,547 kg eq CO2/ km (camionnette) x 100 km/ 100 kg abricots = 0,547 kg eq CO2/ kg produit
Mon trajet sur 20 km (aller retour) : 0,259 kg eq CO2/ km x 20 km / 5 kg d’abricots = 1,03 kg eq CO2/ kg produit
Source: bases de données FoodGES et Base Carbone, de l’Ademe

Faire ou acheter: le clafoutis

C’est le temps de cerises, qui est très bref car les oiseaux bouffent tout… C’est aussi le temps des clafoutis, un gâteau tellement facile à réaliser qu’on se demande si ça vaut la peine de l’acheter

Le clafouti est un flan dans lequel on a ajouté des cerises. Le nom est limousin, une région du Massif Central plus réputée pour ses vaches que pour ses cerises :

Alors pourquoi, pourquoi ! le Limousin est-il connu pour un gâteau à la cerise ? Je posais la question à Jean Malavaud, président de l’Association des Croqueurs de Pomme, Ouest Limousin, une association qui milite pour la sauvegarde des variétés fruitières régionales. « Il y a en Limousin une cerise à demi sauvage, la Franche Noire, noire comme la Bigarreau mais de petit format et très juteuse. C’est cette variété qui est traditionnellement utilisée dans les clafoutis. A cause de sa petite taille, elle est ajoutée telle quelle à la préparation, sans avoir été dénoyautée ».

Alors que les provençaux croquaient leurs grosses cerises bien charnues sans se poser de questions, les limousins étaient obligés de cuisiner les leurs pour les rendre plus attrayantes et ça les a rendu célèbres…

On trouve des clafoutis tout faits en hypermarché, notamment au rayon yaourts.

Mon clafoutis maison est-il meilleur que celui de La Laitière ?

Coté santé, j’ai reconstitué la table nutritionnelle de mon clafoutis maison (1). En bleu, les ingrédients différents :

Mon clafoutis est moins gras, moins sucré, contient plus de cerises mais grosso modo, est de même qualité nutritionnelle que l’industriel.
Le clafoutis industriel contient 3 ingrédients ultra-transformés (en italique), dont il semble qu’ils ne sont pas bons pour la santé (voir AUT : que dit la recherche ?)

Mon clafoutis maison est local, bio, moins d’emballages etc. A noter que les cerises sont très traitées et qu’il vaut mieux les acheter bios. Or il est difficile de trouver dans le commerce un clafoutis bio.

Coté goût, le clafouti La Laitière était bon. Outre qu’il était plus sucré, la principale différence était au niveau de la texture, moins ferme (ou plus moelleuse), surtout pour les cerises.

Le clafoutis est-il plus sain que d’autres desserts du rayon yaourt ?

Conclusion

Les produits industriels ne sont pas systématiquement l’œuvre de l’Antéchrist. Néanmoins, si on veut manger bio (ne parlons pas de local), le choix se réduit drastiquement ou les prix explosent. Or les cerises sont très traitées et faire un clafoutis ne prend que 10 minutes de préparation ! Si vous avez un ado sous la main, il peut le faire.

La recette!

  • 500 g de cerises fraiches ou au sirop
  • 4 œufs
  • 60g de sucre
  • 80g de farine ou 60 g de farine et 20 g de Maïzena
  • 50g de beurre fondu
  • 250 ml de lait
  • 1 c à café d’arôme d’amandes amères (optionnel)

Préchauffer le four à 210°.

Lavez les cerises et dénoyautez-les si vous en avez le courage. Répartissez-les dans un moule à manqué.
Mélangez les œufs et le sucre, puis tous les autres ingrédients.
Versez sur les cerises. Cuisez 35 minutes.

Remplacer 1/3 de la farine par de la Maïzena donne à la pâte une texture très aérée. C’est selon le gout de chacun.

Note

 (1) La base de données Ciqual de l’Anses donne le profil nutritionnel de la farine, œufs, cerises, sucre etc. Puis j’ai multiplié par les quantités et ramené à 100g.

Soja ou lait: que choisir?

Le lait et yaourt de soja sont présentés comme une alternative aux produits laitiers, qu’on accuse d’être mauvais pour la santé.
Or le soja est une source importante de phytoestrogènes, des substances proches d’une hormone naturelle du corps humain. Elles pourraient être des perturbateurs endocriniens et favoriser certains cancers, voire agir sur le fœtus, le jeune enfant ou la fertilité.

Bref en voulant éviter un danger, on s’expose à un autre. Peut-être est-il temps de faire le point :

Que reproche-t-on aux produits laitiers ?

Combien de personnes seraient concernées?

Lire la suite

Seuls 3 colorants industriels sont vraiment dangereux

Faire ses courses est devenu aussi plaisant que de se promener dans un champ de mines. Armés d’appli type Yuka, nous pouvons scanner les linéaires à la recherche d’additifs délictueux. Et quoi de plus suspect qu’un colorant alimentaire? Pourtant, le problème n’est pas où l’on croit…

Lire la suite

Comment faire un bon chocolat chaud?

Avec le froid et les jours qui raccourcissent, on peut avoir envie d’un bon chocolat chaud. Avec quoi le préparer ? (recette à la fin!)

Pour le savoir, j’ai testé
deux chocolats en poudre, l’un pour le petit déjeuner, l’autre positionné « plaisir » et une tablette de chocolat dessert

Quelle différence y a-t-il dans leur composition ?

Lire la suite

Compenser son billet d’avion, combien ça coute?

 

Nous voudrions aller passer le week end à Paris mais d’un point de vue climatique, est-ce bien raisonnable ? Les amis ou la planète ? Et pourquoi pas les deux ? Combien est-ce que ça me couterait de compenser les émissions carbone du vol ?

Tout d’abord, combien allons nous émettre ?
J’ai fait plusieurs simulations et les résultats sont très variables: Lire la suite

Calcium vs calories: quels sont les meilleurs produits laitiers?

Capture d’écran 2018-08-31 à 19.28.26Les produits laitiers sont pleins de calcium mais beaucoup sont aussi pleins de sucre et/ou de gras. Lesquels sont les meilleurs pour nos enfants ? Difficile de s’y retrouver quand on pense qu’il y a plus de calories dans un Gervita aux fraises que dans un Danette crousti 3 choco ! Lire la suite

Faire ou acheter: les brownies

Les aliments industriels ont une table nutritionnelle, mais pas nos préparations maison. Nous partons du principe que le « fait maison » est plus sain mais qu’en est-il ?

 

A l’aide de la base de données Ciqual, qui donne le profil nutritionnel des aliments, j’ai reconstitué la table nutritionnelle de ma recette de Brownies puis je l’ai comparée à celle de deux marques du commerce  : Lire la suite