Comparateur d’écogestes: manger moins de viande

En 2006, la FAO tirait la sonnette d’alarme en annonçant que l’élevage produit 18% des gaz à effet de serre, soit plus que le secteur des transports (13,5%). (1). Vous vous rappelez la dernière fois que vous vous être retrouvé englué dans les embouteillages sur un périphérique? Et bien les vaches font pire à notre planète.

Le soir, j’annonçais donc à mon mari et mes filles que la viande était mauvaise pour la planète et que désormais, au dîner, on mangerait végétarien.

A une phase de consternation s’ensuivit une phase de guérilla : si on mettait juste un petit peu de viande pour le gout, par exemple des lardons, ne pouvait-on considérer que le plat était toujours végétarien ? Etc. Depuis, mes ados se sont faites à l’injustice de l’existence (mon mari était déjà au courant).

Cet écogeste est-il efficace?

Tout d’abord, devons-nous supprimer toute viande ou principalement ce que l’OMS appelle la viande « rouge », terme sous lequel ils regroupent toute viande de mammifère, y compris le veau et le porc? Dois-je cuisiner végétarien (avec produits laitiers et oeufs)? Végétalien/vegan?

A l’aide de la base de données Food GES de l’Ademe, je calculais l’empreinte carbone associée à 4 plats:
– steak purée
– poulet purée
– gratin dauphinois
(choisi parce que la partie féculents est assez semblable aux précédents)
– curry de légumes + dalh (lentilles)

La réponse est contrastée:

(détails de calculs en fin d’article)

Ce n’est donc pas la viande qui est en cause, mais la viande de ruminants. En effet, le problème du boeuf, du mouton et de leurs rejetons est qu’ils pètent et rotent du méthane à longueur de journée. Ce n’est pas le cas des volailles ni même du porc qui, malgré sa mauvaise réputation, sait se tenir en société.

Les plats végans sont les meilleurs pour le climat mais si on réduit la viande de ruminants, on a déjà fait un geste non négligeable pour la planète.

Quel est l’efficacité de cet écogeste comparé à d’autres?

En remplaçant de la viande de ruminants par du poulet ou du porc une fois par semaine, j’économise 200 kg de CO2 par an. Si je le fais deux fois par semaine, 400 kg etc.

Retrouvez cette barre dans le tableau comparatif des écogestes que j’ai analysés à ce jour. Suspense…

Source et calculs

(1) rapport « Livestock long Shadow ».

Proportions par assiette
Viandes: 125 g de boeuf ou 125 g de poulet
Purée: 200 g de pommes de terre, 200 g lait, 12 g beurre
Gratin dauphinois: 200 g de pommes de terre, 200 g crème liquide, 75 g gruyère
Curry: 50 g de riz, 50 g de lentilles, 100 g de coulis de tomates, 150 g d’oignon et légumes frais de saison.

Empreinte carbone par assiette
Boeuf purée: 4,9 kg CO2
Gratin dauphinois: 1,31 kg CO2
Poulet purée: 1,13 kg CO2
Curry de légumes + dahl: 0,46 kg CO2

CO2 économisé: (4,9 – 1,13) kg CO2 x 52 semaines = 199 kg CO2 / an

Par quoi remplacer le chocolat de couverture?

Pour décorer nos gâteaux (ici, l’écriture sur les pierres tombales), on nous recommande de prendre du chocolat « de couverture ». Or on le trouve rarement dans la grande distribution. Doit-on se le procurer sur internet ou dans un magasin spécialisé? Et tout d’abord…

Qu’est-ce qu’un chocolat de couverture?

Continuer la lecture

L’incroyable histoire de la variété « Jack o lantern »

Sauf exception, on ne trouve la courge « Jack o lantern » que pour Halloween. Et d’ailleurs, qui voudrait l’acheter le reste de l’année, alors qu’il n’y a presque rien à manger ?

Encore une de ces innovations de la société de consommation me disais-je jusqu’à dernièrement. Or je me trompais du tout au tout. Car cette courge est une variété ancestrale qu’on connaissait autrefois sous un autre nom : la citrouille. Tout ce que nous appelons de nos jours « citrouilles » sont en fait des potirons. La seule vraie citrouille, c’est elle, et elle a une histoire mouvementée.

Continuer la lecture

Est-ce que je mange trop salé?

L’OMS recommande de ne pas dépasser 5 g de sel par jour, soit une grosse cuillère à café. Son équivalent français, l’Anses, fixe un objectif intermédiaire de
8 g/jour chez les hommes adultes,
6,5 g/jour chez les femmes adultes et les enfants,
celui de l’OMS restant l’objectif final. En effet, notre agence sanitaire ne veut pas trop nous démoraliser en nous donnant de but en blanc un objectif inatteignable.

Quels sont les aliments à surveiller?
Astuces pour réduire ma consommation

Continuer la lecture

Micro-particules dans l’eau: faut-il boire de l’eau en bouteille?

Bouteille plastique
De l’eau versé depuis bouteille

Les microparticules de plastiques sont partout, dans les glaces des pôles, dans l’air que nous respirons et jusque dans l’eau que nous buvons. L’OMS s’en est inquiétée et vient de publier un rapport faisant le point sur les connaissances à ce sujet (1).
Quelles conclusions pratiques pouvons nous en tirer? L’eau du robinet est-elle contaminée ? Faut-il lui préférer l’eau en bouteille, quitte à entretenir l’omniprésence des plastiques dans l’environnement ?

Continuer la lecture

Quels sont les éco-gestes les plus efficaces?

Ce tableau synthétise les résultats des articles de la catégorie « Eco-gestes ». Cliquer dans la première colonne pour avoir les explications.

Kg eq C02 économisé par an

compenser un AR Paris - Toulouse
Réduire ma consommation de boeuf
arrêter l'eau en bouteille
éviter les fruits & légumes importés par avion
recycler 3 capsules Nespresso/jour
mettre " Stop Pub" sur ma boite à lettre
manger frais plutôt que surgelé

Comparateur d’écogeste: Acheter local

Ces derniers temps, « acheter local » semble la réponse à tous les maux. Est-ce un éco-geste efficace?

Tout d’abord, précisons que local  ne veut pas dire français, local veut dire produit à moins de 250 km de notre domicile, voire moins de 150 km pour les locavores particulièrement zélés. Le concept original, lancé en 2005, était    « dans un rayon de 100 miles autour de San Francisco » soit 160 km à vol d’oiseau. Bon, j’ai été sympa, j’ai arrondi à 200 km.

Continuer la lecture

Soja ou lait: que choisir?

Le lait et yaourt de soja sont présentés comme une alternative aux produits laitiers, qu’on accuse d’être mauvais pour la santé.
Or le soja est une source importante de phytoestrogènes, des substances proches d’une hormone naturelle du corps humain. Elles pourraient être des perturbateurs endocriniens et favoriser certains cancers, voire agir sur le fœtus, le jeune enfant ou la fertilité.

Bref en voulant éviter un danger, on s’expose à un autre. Peut-être est-il temps de faire le point :

Que reproche-t-on aux produits laitiers ?

Combien de personnes seraient concernées?

Continuer la lecture